Sunday, March 10, 2013

Universités : Promesse de FUN pour les Plates-formes Pédagogiques Ouvertes en Ligne



Deux rapports, une communication officieuse de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, et voilà le projet France Université Numérique (FUN) sur des rails (encore potentiels). De quoi mettre le projecteur sur les premières initiatives de Mooc’s (Massive Open Online Courses) francophones (dont des cursus IT) lancées jusqu’à présent en ordre dispersé. Et amorcer une réplique à l’offensive américaine sur ce terrain. Les enseignants concernés attendent de voir.

Un vice-président numérique pour chaque université. 20% des cours en ligne d’ici à 2017. Des moyens mobilisés pour former les futurs enseignants à des modalités pédagogiques qui privilégient l’interactivité, les enseignements en petits groupes plutôt que les sempiternels cours en amphi. Tout est sur le papier. Dans deux rapports remis à l’exécutif (le 17 décembre, à l’issue des Assises de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), par Vincent Berger), le 14 janvier dans sa version parlementaire, par le député Jean-Yves Le Déaut). Des propositions confirmées par ailleurs par la ministre Geneviève Fioraso lors d’un débat à l’université Paris-Diderot. Le tout résumé par un acronyme : FUN, pour France Université Numérique. Un projet qui devrait être présenté au conseil des ministres courant février, annoncé comme « un service public d’ingénierie pédagogique pour l’enseignement supérieur en ligne ».

« Au moins, la prise de conscience de la nécessité de réagir à l’offensive américaine sur ce terrain se manifeste au plus haut niveau », constate Jean-Marie Gilliot, maître de conférence à Télécom Bretagne, co-initiateur d’Itypa, un des tout premiers Mooc (Massive Open Online Courses) français. Un Mooc modeste ! En comparaison, outre-atlantique, ceux nés à Stanford (Udacity), au MIT et à Harvard (edX), et surtout Coursera ralliant 14 universités (dont l’EPFL, Polytechnique Lausanne), ont su très rapidement se faire des millions d’adeptes. Principalement des étudiants des pays émergents (Brésil, Inde, Chine). La gratuité et la validation potentielle des acquis (crédits) par des universités prestigieuses y sont pour beaucoup. Mais là n’est pas l’essentiel.

[more]

Source and Full Text Available At

[http://www.lemagit.fr/divers/2013/01/18/universites-promesse-de-fun-pour-les-moocs/]

No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.